Si l’IRM s’avère être un outil de diagnostic sûr, de par son caractère non-invasif, il est toutefois essentiel de respecter certaines conditions afin que d’écarter tout risque de complication, suivant les contre-indications de la procédure de l’examen.

Le champ magnétique

L’aimant de la machine IRM produit un puissant champ magnétique de l’ordre de 1,5 à 3 Tesla. De fait, en présence d’objets métalliques pouvant se trouver dans l’organisme du patient, il peut induire des risques de déplacement de ces pièces, d’échauffement des tissus ou d’artéfacts. Parmi les cas qui constituent une contre-indication à l’examen, on peut citer :

  • Les porteurs de dispositifs médicaux permanents dont : les pacemakers et les valves cardiaques métalliques (cela peut entraîner des troubles cardiaques), les cathéters à demeure pour la chimiothérapie ou l’insuline, les neurostimulateurs implantés, les implants auditifs ou autres prothèses métalliques.
  • Les personnes ayant des corps étrangers intraoculaires (notamment celles qui ont effectuées des travaux de métallurgie – meulage ou soudage). Cela peut avoir des conséquences graves, voire irréversibles sur vos yeux. En cas de doute, une radiographie du crâne sera prescrite pour détecter la présence d’éclats métalliques.
  • Les personnes ayant reçu accidentellement des objets métalliques dans leur corps, qui n’ont pas encore été enlevées (éclats d’obus, balle, etc.). Par ailleurs, les piercings doivent être retirés ou du moins recouverts de compresses pour atténuer les effets.

Le produit de contraste

Le gadolinium, produit de contraste injecté lors d’un IRM, est généralement mieux toléré que celui utilisé pour le scanner puisqu’il n’est pas iodé. Néanmoins, il ne doit pas être administré aux patients qui présentent une insuffisance rénale et aux femmes enceintes. Par ailleurs, si vous avez déjà présenté des symptômes allergiques lors de précédents examens, vous devez le signaler au radiologue afin qu’il puisse prendre des mesures adaptées à votre cas.

Le patient

Concernant les femmes enceintes, l’IRM doit être évitée durant les trois premiers mois de grossesse. Après cette période, la nécessité de l’examen doit être discutée entre le radiologue et le médecin référent. Autrement, un état fébrile peut également constituer une contre-indication à l’IRM (le champ magnétique peut faire monter encore plus votre température). Il en va de même pour une non-aptitude à l’immobilité, ou une claustrophobie extrême.

  • Contactez l'hôpital pour votre IRM à Paris

    Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Retour aux questions

Centre Hospitalier Sainte-Anne

Nous vous accueillons pour tous vos examens d'IRM au sein de notre département d'imagerie médicale.

IRM Paris - Centre Hospitalier Sainte-Anne
1 rue Cabanis
75014 Paris
Site Internet :
Téléphone : 09.75.18.60.38
Horaires d'ouverture :
Du lundi au vendredi : 9h00 - 16h30

L'auteur

Demandez un rendez-vous